Le test de Campbell

Certainement le plus connu, le test de Campbell comprend 5 épreuves permettant de distinguer les chiots très dominants, dominants, soumis, hypersoumis et inhibés.

Le test de Campbell2018-05-30T09:12:50+00:00

Mis au point en 1975, le test de Campbell comprend 5 épreuves permettant de déterminer les relations de dominance/soumission du chiot à l’homme. C’est donc un des premiers tests à faire passer pour bien choisir son chiot.

Pour certains éducateurs, les deux dernières épreuves ne servent qu’à nuancer les trois premières, pour d’autres, chaque épreuve est importante et l’ordre de passage ne l’est pas. Je vous laisse juge du crédit à y apporter mais je pense que chacune d’entre elles est intéressante même si il ne faut pas non plus s’y fier entièrement, ce ne sont jamais que des indications générales qui peuvent toujours être corrigées par l’éducation si votre chien n’a que 7 ou 8 semaines.

Pour le réaliser, vous devez amener l’animal dans une zone calme et neutre (sans jouets ni distraction, idéalement un endroit inconnu du chien) sans lui parler ni le caresser et en ignorant les éventuelles déjections qu’il pourrait y faire.

Chaque épreuve sera sanctionnée par une lettre comme présenté dans le tableau ci-dessous :

Niveau Comportement
A réaction violente avec tentative de morsure
B comme A mais sans tentative de morsure
C comme B mais la réaction est très brève, s’arrête presque aussitôt après avoir commencé
D réaction passive du chien, il tente de vous lécher
E mélange de réactions incohérentes : fuite, passivité, plainte, cri, tentative de morsure, …

Première épreuve – Dominance par la contrainte

Cette épreuve consiste à amener le chien sur le dos et à l’y maintenir en appuyant sur le sternum une trentaine de secondes.

Première épreuve du test de Campbell : dominance par la contrainte

Deuxième épreuve – Dominance sociale

Amenez le chien en position couchée et étirez sa tête pour présenter sa gorge, caressez-le sur le dos dans cette position.

Deuxième épreuve du test de Campbell : dominance sociale

Troisième épreuve – Domination par le soulèvement

Entrecroisez les doigts, glissez les mains sous le sternum et soulevez le chiot par le poitrail de quelques centimètres au-dessus du sol, tenez-le pendant 30 secondes.

Troisième épreuve du test de Campbell : domination par le soulèvement

Premières conclusions

À l’issue de ces 3 épreuves, vous avez déjà une idée du tempérament de votre chien. S’il obtient :

Résultat Tempérament
Un ou plusieurs A Chien très dominant, rebelle, bagarreur qui peut faire un excellent chien de défense à condition d’être éduqué dans un foyer calme avec gentillesse et patience
Un ou plusieurs B Chien dominant, indépendant, apte au dressage et aux concours
Un ou plusieurs C Chien soumis, obéissant
Trois D Chien hypersoumis, tendre
Deux ou trois E chien inhibé, peureux

En général, seuls les C et les D sont adaptés aux jeunes enfants.

Après avoir obtenu cette orientation générale, passez les deux épreuves suivantes pour affiner vos résultats. Référez-vous également au tableau ci-dessus pour l’interprétation des résultats.

Quatrième épreuve – Attraction sociale

Placez le chien au milieu de la pièce et éloignez-vous de lui dans la direction opposée à la porte. Agenouillez-vous et tapoter dans vos mains sans appeler, observez la manière et la vitesse avec lesquelles il vient, ou pas, vers vous.

Quatrième épreuve du test de Campbell : attraction sociale

Quatrième épreuve du test de Campbell : attraction sociale

Cinquième épreuve – Aptitude à suivre

Mettez-vous à côté du chien et marchez normalement en le regardant. Observez la manière et la vitesse avec lesquelles il vous suit, ou pas.

Cinquième épreuve du test de Campbell : l'aptitude à suivre

Les résultats pour ces 2 épreuves sont :

Niveau Comportement
A il vient ou suit immédiatement, la queue en l’air, il vous saute dessus ou vient entre vos jambes, vous mordille les mains ou les pieds
B comme A sans tentative de mordillement
C il vient ou suit immédiatement, la queue basse
D il vient ou suit de manière hésitante, la queue basse
E il ne vient pas ou il s’en va

En conclusion, si votre chiot est dominant (A ou B), son éducation devra se faire avec fermeté et autorité mais en douceur et sans violence. Il est évident qu’un chiot soumis (C ou D) sera plus facile à éduquer mais sera aussi plus sensible au stress. Le chiot de type E devra être élevé avec beaucoup de douceur et de patience pour lui redonner confiance et éviter de le rendre trop peureux car il ne faut pas oublier qu’un chien qui a peur mord plus facilement qu’un autre.

Les autres tests