L’agressivité du chien est le problème de comportement le plus courant et le plus grave. C’est aussi la principale raison invoquée par les propriétaires d’animaux de compagnie dans leur demande d’aide auprès de comportementalistes, d’éducateurs canins et de vétérinaires.

Qu’est-ce que l’agressivité ?

Le mot « agressivité » fait référence à une grande diversité de comportements qui se manifestent dans différentes circonstances pour diverses raisons. Tous les animaux, sauvages ou non, ont tendance à se montrer agressifs lorsqu’ils font face à des congénères ou à des individus d’autres espèces qui se retrouvent sur leurs territoires, qui menacent leur progéniture ou eux-mêmes.

Les espèces dites sociales, domestiquées comme les chiens, ou civilisées, comme les humains, utilisent aussi l’agression et la menace d’agression au sein du groupe, pour y maintenir la paix ou pour gérer les interactions sociales.

Comment le chien adulte manifeste-t-il l’agressivité ?

Les signes avant-coureurs de l’agressivité du chien

L’attitude agressive d’un chien se rapporte à tout comportement relié à une attaque ou à l’imminence d’une attaque. L’agressivité comporte un ensemble de comportements qui se manifestent d’abord par des avertissements et qui peuvent ensuite culminer en une attaque. Tout chien peut adopter un comportement agressif, et il est important d’avoir une idée des signes avant-coureurs, qu’il peut présenter, tels que :

  • se lécher les babines, le nez
  • bâiller
  • éviter le regard
  • se détourner
  • se recroqueviller et rentrer la queue
  • montrer le blanc de ses yeux

Cet ensemble d’attitudes n’indiquent pas forcément que le chien va devenir agressif, ils traduisent un comportement de peur. Mais un chien effrayé peut attaquer s’il se sent acculé ou menacé. En les repérant à temps, vous pourrez désamorcer la situation et empêcher le passage à l’acte qu’est la morsure. Si votre chien se sent compris, il pourra utiliser les mêmes signes lors d’une nouvelle situation similaire. Par exemple, si votre chien sait qu’en détournant la tête et en changeant son langage corporel, vous offrirez votre aide, cela signifie qu’il n’aura pas besoin d’aller plus loin pour se sentir de nouveau en sécurité. 

La vétérinaire Kendal Shepherd a créé une échelle d’agressivité canine (Canine ladder of agression) que vous pouvez télécharger ici en anglais. Les premiers signaux, jusqu’à la couleur orange, sont les signes avant-coureurs cités plus haut. Sans réaction de l’environnement, le chien passera ensuite en « code rouge » c’est-à-dire qu’il manifestera d’autres attitudes en suivant la séquence suivante de comportements de plus en plus intenses : 

Échelle d’agressivité canine de Kendal Shepherd

  • prendre une posture immobile et rigide
  • grogner
  • montrer les dents en relevant les babines d’un air menaçant
  • claquer des dents (comme s’il mordait dans le vide)
  • se précipiter en avant ou charger la personne sans contact
  • effectuer un pincement rapide (qui ne laisse pas de marques sur la peau)
  • donner une morsure rapide qui endommage la peau
  • mordre avec assez de force pour laisser une trace sur la peau comme un bleu (une ecchymose)
  • faire une morsure qui provoque des plaies perforantes
  • réaliser des morsures rapides et répétées
  • mordre et secouer

Les chiens ne respectent pas toujours cette succession d’attitudes et ils peuvent aussi exprimer différents comportements en même temps. Le laps de temps qui sépare la phase d’avertissement de l’attaque peut être très court, de l’ordre de quelques millisecondes, mais il est rare qu’il ne soit pas présent. Cependant, vu leur rapidité d’enchainement, ces signes ne sont pas toujours perçus par les propriétaires avant le passage à l’acte.

En apprenant à connaître votre chien, vous apprendrez qu’il a sa propre version de cette échelle. Vous connaitrez les comportements qu’il affiche lorsqu’il se sent stressé, anxieux ou dépassé et vous pourrez l’aider à redescendre dans un niveau de réactivité inférieur.

Mais, pour cela, votre première tâche sera de trouver la cause de l’agressivité de votre animal. Certains chiens grognent à l’approche d’une personne lorsqu’ils mangent ou mâchouillent un jouet, par exemple. Pour d’autres, ce sont les étrangers ou les enfants qui déclenchent une réaction agressive. D’autres encore ne deviennent agressifs qu’envers des animaux, uniquement des animaux particuliers (les chats, mais pas les autres chiens par exemple) ou envers des objets non animés, comme les roues des vélos ou l’équipement de jardin telle une tondeuse par exemple.

L’essentiel à garder en tête est que vous ne pouvez pas réaliser un plan pour changer l’attitude de votre chien tant que vous n’en connaissez pas la raison.

Les principales causes de l’agressivité du chien et comment les éviter

Avant toute autre considération, vous devez consulter votre vétérinaire. En effet, certains chiens agressifs se comportent ainsi en raison d’un problème de santé. En plus des affections et des blessures douloureuses aiguës, les chiens souffrant de problèmes orthopédiques, d’anomalies thyroïdiennes (l’hypothyroïdie notamment), de dysfonctionnement surrénal, de dysfonctionnement neurologique (encéphalite, tumeur cérébrale, troubles épileptiques…) et de déficits sensoriels peuvent présenter des changements d’humeur et manifester de l’irritabilité et de l’agressivité. Les chiens âgés peuvent souffrir de confusion et d’insécurité, ce qui peut inciter à un comportement agressif. Certains médicaments peuvent altérer l’humeur et affecter la susceptibilité de votre chien à l’agression. Même le régime alimentaire a été impliqué comme un facteur contributif potentiel.

Une fois la cause médicale écartée, la meilleure attitude pour comprendre les raisons de l’hostilité de votre chien est la recherche de la fonction ou du but de son agressivité. Une fois que vous saurez ce qui incite votre chien à l’agression, vous comprendrez aussi la raison de cet acte. En effet, le chien agit de cette manière pour obtenir quelque chose, reste à savoir de quoi il s’agit.

Voici les types d’agression les plus courants chez les chiens.

L’agressivité territoriale

L’agressivité territoriale chez le chien

Le chien défend son espace ou son domicile contre ce qu’il considère comme un intrus. Certains chiens sont très territoriaux. Ils aboient et chargent les personnes ou autres animaux empiétant sur leur propre terrain, jardin et/ou maison.

Les agressions territoriales touchent autant les chiens mâles que les femelles, mais elles sont rares chez les chiots. En effet, elles n’apparaissent bien souvent qu’à l’adolescence des jeunes chiens et ne sont vraiment manifestes qu’entre un et trois ans.

Ce comportement est difficile à éviter, mais il peut être canalisé, à l’extérieur, par une clôture ou par un enclos destiné uniquement au chien. Les chiens qui présentent des menaces ou des agressions envers les visiteurs dans la maison doivent être confinés avant que le visiteur n’entre ou bien attaché avec une laisse à une distance suffisante du visiteur pour assurer la sécurité. N’oubliez pas que vous devez non seulement contrôler et empêcher l’accès de votre chien aux visiteurs, mais également contrôler et empêcher l’accès de vos visiteurs au chien. Ceci est particulièrement important avec les enfants et même certains adultes qui peuvent ne pas comprendre les risques associés à l’approche de votre chien. Un licol de tête ou une muselière peut offrir une sécurité supplémentaire si le chien est autorisé à s’approcher du visiteur ou si le visiteur commence à s’approcher du chien.

L’agressivité protectrice

L’agressivité protectrice chez le chien

Le chien protège les membres de sa meute contre un autre animal ou une personne. Les chiennes sont également extrêmement protectrices envers leurs chiots et peuvent devenir hostiles envers quiconque s’approche d’eux. Parfois, les chiens réservent une agressivité protectrice aux individus qu’ils considèrent comme particulièrement vulnérables, un bébé par exemple. Bien que ce comportement semble attrayant à première vue, des problèmes surviennent lorsque le chien protecteur commence à traiter tout le monde en dehors de la famille, y compris les amis, comme une menace pour la sécurité du bébé.

Les agressions protectrices concernent à la fois les chiens mâles et les femelles, rarement les chiots. Comme pour les agressions territoriales, l’agressivité protectrice apparaît généralement au fur et à mesure que les chiots passent de l’adolescence à l’âge adulte, elles sont donc effectives lorsqu’ils ont entre un et trois ans. 

Les exercices à mettre en place sont les mêmes que pour l’agressivité territoriale.

L’agressivité possessive

L’agressivité possessive chez le chien

Le chien protège la nourriture, les jouets à mâcher, les os ou tout autre objet qui a de la valeur à ses yeux. C’est ce que l’on appelle parfois la protection des ressources. C’est assez fréquent chez de nombreux chiens. Les chiens sont issus d’une longue évolution, leurs ancêtres, les loups, devaient sans cesse rivaliser entre eux pour pouvoir se nourrir et se reproduire. Même si nos chiens domestiques sont plutôt des animaux de salon qui ne sont plus confrontés à ces dures réalités, beaucoup d’entre eux affichent toujours une tendance à protéger ce qu’ils considèrent comme leurs possessions. Certains chiens deviennent ainsi agressifs quand un animal ou une personne s’approche soit de leur nourriture, soit d’eux-mêmes lorsqu’ils se nourrissent. D’autres vont protéger leurs friandises, leurs jouets et les objets qu’ils se sont appropriés. D’autres encore surveillent leurs lieux de couchage. Les chiens qui gardent leur gamelle d’eau sont moins courants. Il est assez simple de reconnaître un chien possessif puisqu’il ne manifestera de l’agressivité que face à une menace de perdre ses biens. Cependant, cela devient plus difficile lorsqu’il protège un objet qu’il a enterré ou caché dans le jardin à l’insu de ses propriétaires.

L’agression possessive se retrouve aussi bien chez les chiens mâles que les femelles, qu’ils soient adultes ou jeunes chiens et chiots. 

Pour changer ce comportement, il faut prévoir une zone dans votre maison où votre chien peut être confiné en sécurité. Au départ, la nourriture ne doit être donnée que dans cette zone jusqu’à ce qu’il ait fini de manger ou jusqu’à ce qu’il quitte volontairement la zone (dans ce cas, veillez à retirer les éventuels restes de nourriture). Si le chien protège ses jouets, il ne faut les lui donner que lorsqu’il est dans sa zone. Si vous remarquez que votre chien a pris un objet dans la maison (une chaussure par exemple) et si cette possession est susceptible de conduire à une agression, vous devez ignorer votre chien jusqu’à ce qu’il s’éloigne, à moins que vous ne puissiez le faire quitter l’objet et venir vers vous en lui offrant une friandise, un jouet ou une promenade.

L’agressivité liée à la peur 

L’agressivité liée à la peur chez le chien

Un chien effrayé va essayer de s’enfuir mais, s’il est ou se sent acculé, il peut attaquer. Ainsi, un chien peut craindre une personne ou un autre animal, mais tout de même attaquer s’il pense que c’est son seul recours. Certains chiens craintifs se recroquevilleront à la perspective d’une punition physique, mais attaqueront lorsqu’une personne menaçante s’approchera d’eux. L’agression par peur se reconnait par la rapidité de la morsure. En effet, un chien qui a peur voudra s’enfuir directement après l’attaque. Parfois, certains animaux n’émettent pas de signaux clairs de menace comme montrer les dents ou gronder. Dans ce cas-là, le seul élément indicateur d’une menace est la posture craintive et le fait que le chien cherche à reculer. 

Les chiens mâles et femelles sont également enclins à l’agressivité liée à la peur, et ce type d’agression est courant chez les chiots et les adultes.

Ici, la meilleure méthode reste la prévention. En observant votre chien, vous vous rendrez compte des situations qui l’effraient et vous pourrez lui apprendre à les éviter. Tous les chiens effrayés manifestent des attitudes claires de retrait, à vous d’apprendre à les identifier chez le vôtre pour pouvoir agir dès qu’il les manifeste. Vous devez alors détourner son attention et l’amener à faire autre chose (exercice, balade…). 

L’agressivité défensive

L’agressivité défensive chez le chien

Elle est semblable à l’agression par peur. C’est la stratégie adoptée par l’animal qui différence l’agressivité défensive de l’agressivité dictée par la peur. Les animaux ont peur dans les deux situations mais, ici, au lieu de fuir, ils estiment qu’il est préférable de passer à l’attaque. Au niveau des signaux émis par les chiens, il y aura un mélange entre des postures de type offensives et d’autres plus craintives. Souvent, l’animal va se diriger, en grognant et aboyant, vers la personne (ou l’animal) qui a déclenché sa réaction. Quelle que soit l’attitude de celle-ci, il passera fréquemment à l’attaque sauf si la victime bat en retraite.

Les agressions défensives touchent les chiens mâles et femelles. Elles nécessitent une certaine forme de confiance en ses capacités de la part du chien, elles sont donc plus courantes chez les adultes que chez les jeunes animaux et les chiots.

La méthode à établir pour dissuader le chien d’agir de cette façon est la même que pour l’agressivité liée à la peur.

L’agressivité sociale

L’agressivité sociale chez le chien

Le chien réagit de manière agressive envers les autres chiens dans des situations sociales. Les chiens sont des animaux sociaux, qui vivent en groupe à l’état sauvage. Pour éviter, ou en tout cas minimiser, les conflits, ils ont établi des règles entre eux. Les canidés adoptent un type d’ordre hiérarchique qui est fréquemment renforcé par des manifestations d’agressivité ritualisée. Les chiens qui ont un statut élevé manifestent des attitudes agressives pour signifier aux autres leur place au sein de la meute. Même si les relations qui unissent les chiens et les hommes sont plus complexes, il peut arriver qu’un chien se considère comme ayant un statut supérieur à son propriétaire ou aux autres membres de la famille, ce type de chien est parfois qualifié de chien dominant. Ces chiens sont souvent considérés comme lunatiques, car ils sont joyeux et amicaux la plupart du temps, mais ils peuvent rapidement devenir agressifs s’ils ont l’impression qu’un membre de leur famille outrepasse ses droits. Une réponse agressive est généralement provoquée par des actions qu’un chien perçoit comme menaçantes ou désagréables, telles que :

  • le déranger pendant qu’il dort
  • le câliner ou l’embrasser 
  • se pencher ou tendre la main au-dessus de lui
  • le manipuler dans une posture de soumission (position couchée ou à plat ventre)
  • le soulever
  • le retenir 
  • le toiletter 
  • lui toucher les oreilles ou les pattes
  • le gronder verbalement 
  • le menacer avec un doigt pointé ou un objet
  • le frapper ou essayer de le frapper
  • franchir une porte en même temps que lui ou se cogner contre lui

L’agression sociale est un peu plus fréquente chez les mâles que chez les femelles et plus courante chez les races « pures » que chez les races « mixtes ». Les chiots sont rarement agressifs socialement avec les personnes, mais ils peuvent l’être avec d’autres chiens, en particulier leurs compagnons de portée. L’agressivité sociale se développe généralement chez les chiens âgés de un à trois ans.

Pour prévenir ce type d’agressivité avec les humains, il faut déterminer les formes spécifiques de manipulation et d’interactions qui y mènent. Si elles peuvent être identifiées, évitez-les ou mettez une laisse et/ou une muselière au chien. Par exemple, les chiens agressifs lorsqu’ils sont dérangés s’ils dorment ou se reposent doivent apprendre à dormir dans leur propre aire de repos où ils peuvent être évités ou ignorés. Parfois, en laissant une laisse attachée, le propriétaire peut calmer en toute sécurité le chien, surtout si des récompenses sont utilisées. Si l’agression ne peut pas être entièrement évitée et surtout s’il y a des enfants, il peut être nécessaire de confiner le chien et de ne le laisser sortir que pour le jeu, l’entraînement et les interactions sociales (à condition qu’il n’y ait pas d’agressivité à ces moments-là). Si nécessaire, le chien devra porter une muselière en panier tout le temps lorsqu’il n’est pas confiné.

L’agressivité envers les autres chiens entre dans le cadre de l’agressivité sociale. Deux chiens qui se rencontrent pour la première fois ont besoin d’obtenir un certain nombre d’informations olfactives pour pouvoir se situer. S’ils ne sont pas tenus en laisse, ils pourront communiquer efficacement et il y a peu de chance que leur rencontre débouche sur un conflit, d’autant plus qu’ils ont la possibilité de fuir le cas échéant. Lorsqu’ils sont attachés, ils ne peuvent pas communiquer naturellement entre eux et vont avoir tendance à aboyer ou grogner pour tenter de s’imposer à l’autre. Pour éviter cette forme d’agressivité, il est important de socialiser le chien dès son plus jeune âge en l’emmenant au contact d’autres animaux via des cours canins, par exemple, mais aussi dans les espaces prévus pour eux dans certains parcs.

L’agressivité provoquée par la frustration

L’agressivité provoquée par la frustration chez le chien

Le chien se comporte de manière agressive lorsqu’il est stimulé, mais qu’il ne peut pas agir sur cette stimulation parce qu’il est tenu en laisse ou qu’il se trouve dans une cour ou un jardin clôturé. Il peut alors manifester de l’agressivité envers les personnes ou les animaux qui l’empêchent d’atteindre son but. Par exemple, en se retournant et mordant la laisse ou les mains de la personne qui le tient par son collier. Avec le temps, le chien peut faire une association d’idées entre la frustration et le fait d’être retenu. C’est pour cela que certains animaux, habituellement calmes et amicaux, peuvent devenir agressifs lorsqu’ils se retrouvent derrière une clôture, dans une cage de transport, dans un véhicule, ou même simplement tenus en laisse.

L’agressivité provoquée par la frustration concerne autant les chiens mâles que les femelles, tant les adultes que les jeunes et les chiots.

Une désensibilisation sera nécessaire pour amener votre animal à ne plus associer retenue et agressivité. Vous devez d’abord commencer à travailler avec lui en liberté, dans un grand espace clôturé. L’apprentissage commencera par le rappel puis par la marche au pied en liberté. Une fois en confiance, utilisez les récompenses pour faciliter la désensibilisation à la laisse. L’aide d’un professionnel pourra certainement vous être utile.

L’agressivité redirigée

L’agressivité redirigée chez le chien

Cette forme d’agression se produit lorsqu’un chien manifeste de l’agressivité envers une personne ou un animal, et qu’une autre personne ou animal interfère. Cela ressemble beaucoup à l’agression provoquée par la frustration, à l’exception du fait que le chien n’a pas besoin d’être frustré. Le chien redirige son agression de la source qui l’a déclenchée vers la personne ou l’animal qui a interféré. C’est pourquoi les personnes sont souvent mordues lorsqu’elles essaient d’interrompre les combats de chiens. Cela arrive aussi lorsque deux chiens d’une même famille aboient derrière une clôture et que l’un se retourne et attaque l’autre.

Les chiens mâles et femelles sont également sujets à une agression redirigée, et ce type d’agression se produit à la fois chez les chiots et les adultes.

Pour s’en prémunir, il faut identifier la cause de l’agressivité première et tenter d’y remédier.

L’agressivité provoquée par la douleur 

L’agressivité provoquée par la douleur chez le chien

Le chien fait preuve d’agressivité lorsqu’il est blessé ou qu’il souffre. C’est pourquoi il est si important de prendre des précautions lors de la manipulation d’un chien blessé, même s’il s’agit du vôtre. Les chiens qui ne sont normalement pas agressifs, mais qui développent soudainement des comportements agressifs peuvent avoir un problème médical sous-jacent. L’utilisation inappropriée de certains équipements de dressage (colliers électriques, étrangleurs, harnais anti-traction…) peuvent infliger des douleurs et provoquer une morsure.

Les chiens mâles et femelles sont également sujets aux agressions provoquées par la douleur, et ce type d’agression peut survenir aussi bien chez les chiots que chez les adultes.

Une visite chez le vétérinaire et une réflexion autour de l’utilisation du matériel de contention vous permettra de pallier ce problème.

L’agressivité liée au sexe 

L’agressivité liée au sexe chez le chien

Elle survient lorsque deux chiens deviennent agressifs lorsqu’ils se disputent l’attention d’une ou d’un partenaire. Ceci s’applique aux animaux non stérilisés. Les chiens mâles intacts se disputeront toujours l’attention des femelles en chaleur. Dans la nature, ce comportement est adaptatif, car les mâles les plus forts sont plus susceptibles d’attirer les femelles pour la reproduction. Des combats peuvent également avoir lieu entre des femelles, mais c’est rare.

La solution consiste en la stérilisation du chien. Même s’il arrive que des chiens stérilisés à l’âge adulte montrent encore ce type d’agressivité, c’est peu courant et nettement moins intense.

L’agressivité prédatrice

L’agressivité prédatrice chez le chien

Le chien manifeste de l’agressivité lorsqu’il se comporte comme un prédateur, comme quand il chasse un animal sauvage par exemple. Certains chiens de compagnie présentent des comportements prédateurs canins classiques, notamment la poursuite et la saisie d’objets ou d’êtres vivants qui se déplacent rapidement. De nombreux chiens adorent poursuivre des personnes qui courent, les cyclistes et les voitures. Ils peuvent également chasser les animaux domestiques et sauvages. Certains chiens mordent et peuvent même tuer lorsqu’ils parviennent à attraper ce qu’ils poursuivaient. L’agression prédatrice est très différente des autres types d’agressivité, car elle est rarement précédée d’un avertissement avant l’attaque. Un chien prédateur ne grogne pas ou ne montre pas les dents pour avertir sa victime. Parfois, le bruit d’un bébé qui pleure ou le mouvement consistant à le soulever hors d’un berceau peut déclencher une réaction rapide comme l’éclair d’un chien prédateur. Cela peut aussi poser un problème lorsqu’un enfant joue avec le chien. Il peut trouver amusant de courir devant lui, mais ce jeu anodin peut devenir dangereux si le chien perd le contrôle et transforme ce jeu en poursuite. Le risque de morsure de l’enfant est alors bien réel.

Ce type d’agression dirigée contre des personnes ou d’autres chiens est extrêmement rare chez les chiens de compagnie élevés par des humains. Pour éviter tout malentendu, il faut expliquer aux enfants ce comportement du chien et leur montrer comment ils peuvent jouer avec eux en toute sécurité. 

Par contre, elle est assez fréquente avec les oiseaux et les chats à l’extérieur. Heureusement, les premiers peuvent s’envoler et les seconds grimper aux arbres ou escalader la clôture. Si vous avez un chien et un chat, mieux vaut toujours laisser une possibilité de fuite au chat, que ce soit par une porte ou par le fait de pouvoir se mettre en hauteur, hors d’atteinte du chien. 

Comment arrêter le comportement agressif d’un chien ?

Stopper le comportement agressif d’un chien

Il est habituel de voir un chien manifester de l’agressivité vis-à-vis d’une personne qu’il ne connait pas. Selon certaines études, ce comportement concernerait 6 à 7 chiens sur 10. L’agression envers les chiens inconnus est également très répandue. Lorsque ces comportements restent au stade de menace, il n’y a pas lieu de s’en inquiéter. 

Pour les autres situations, si l’agressivité de votre chien n’est pas traitée rapidement et de manière appropriée, le problème peut dégénérer et entraîner des blessures graves pour vous-même et votre famille, d’autres personnes ou d’autres animaux. En fonction des causes sous-jacentes à l’agressivité de votre chien, vous avez plusieurs solutions :

  • consultez votre vétérinaire s’il s’agit d’un problème médical. Même en l’absence de souci de santé, les chiens agressifs peuvent également avoir besoin de médicaments pour les aider à gérer le problème. Il est important de comprendre qu’un chien qui éprouve de la peur, du stress ou de l’anxiété est incapable d’apprendre de nouvelles choses. Considérez les médicaments comme un outil pour aider votre chien à surmonter cette peur. De nombreux chiens n’en auront besoin que temporairement. Votre vétérinaire pourra vous conseiller utilement à ce propos.
  • modifiez l’environnement du chien : clôture, changement de routine…
  • entamez une rééducation comportementale
  • faites appel à un professionnel : éducateur ou comportementaliste. Cette dernière option est indispensable si votre chien a déjà mordu.

Pour un chien agressif et menaçant, mais qui n’a pas encore manifesté un comportement d’agression en mordant, vous pouvez créer une stratégie de rééducation. Attention, cela ne peut se faire que si vous êtes capable de rester calme et cohérent pendant toutes les phases de l’apprentissage. Si vous montrez de l’anxiété ou de la peur, le chien peut voir cela comme une raison supplémentaire d’être anxieux ou craintif et cela renforcera son comportement. Au moindre doute, mieux vaut contacter un professionnel.

La meilleure approche pour gérer l’agressivité de votre chien est d’utiliser le renforcement positif pour apprendre à votre chien de nouveaux comportements, c’est-à-dire de le récompenser dès qu’il manifeste le comportement désiré. Par exemple, si votre chien est légèrement agressif envers les étrangers, commencez par vous tenir loin de quelqu’un qu’il ne connaît pas. Vous devez être suffisamment éloigné pour que votre chien ne se mette pas à grogner ou à claquer des dents. Ensuite, récompensez-le avec beaucoup de friandises et de compliments au fur et à mesure que vous réduisez progressivement la distance entre votre chien et l’étranger, en continuant à utiliser le renforcement positif. Il est important d’agir lorsque votre chien ne manifeste aucune attitude agressive. En effet, chaque fois qu’un aboiement, une menace ou une démonstration agressive conduit à un retrait du stimulus ayant déclenché l’agressivité, le comportement du chien est renforcé, mais il s’agit d’un renforcement négatif. Autrement dit, le chien comprend qu’en étant agressif, il obtient ce qu’il veut, ce qui le conduira donc à agir de cette façon chaque fois que la situation se représentera.

Lors de l’apprentissage, il faut éviter la punition qui peut aggraver la situation. Si vous répondez à un chien qui grogne en le frappant, en criant ou en utilisant une autre méthode aversive, le chien peut devenir de plus en plus craintif à mesure qu’il associe cette punition à l’approche du stimulus qui le rend agressif. Même lorsque ces techniques réussissent à arrêter le comportement du chien à court terme, elles ajoutent en fait un état émotionnel anxieux. De plus, le chien peut ressentir le besoin de se défendre en vous mordant. La punition peut également conduire votre chien à mordre quelqu’un d’autre sans avertissement. Par exemple, un chien qui grogne contre les enfants vous fait savoir qu’il est mal à l’aise avec eux. Si vous punissez un chien pour avoir grogné, il ne vous avertira peut-être pas la prochaine fois qu’il sera mal à l’aise, mais il pourra simplement mordre.

Les facteurs de risque qui nécessitent une prise en charge professionnelle

Les facteurs de risque de l’agressivité du chien

 

L’agressivité peut être un problème de comportement dangereux. De nombreuses techniques de modification du comportement ont des effets néfastes si elles sont mal appliquées. Même les professionnels très expérimentés se font mordre de temps en temps, donc traiter un chien agressif est intrinsèquement risqué.

Si vous choisissez de garder votre chien agressif et d’entamer une rééducation, vous devez considérer certains facteurs de risque. Il s’agit :

  • De sa taille : il est évident qu’un chien puissant et lourd infligera plus de blessures qu’un chien de petite taille comme le Jack Russell, par exemple.
  • De son âge : il est plus simple de rééduquer un jeune chien. 
  • De son passé : un animal qui a déjà infligé une morsure à quelqu’un a plus de risques de mordre à nouveau comparativement à un chien qui s’arrête après avoir montré les dents ou grogné.
  • Des signes avant-coureurs : les chiens les plus à risque sont ceux qui émettent peu ou pas de signaux d’avertissement avant de passer à l’acte. Ils sont inconstants et, par là même, imprévisibles.
  • Des facteurs déclenchant l’agressivité : s’il est impossible de ne pas confronter le chien à ce qui suscite son agressivité, sa rééducation sera difficile. C’est notamment le cas des chiens agressifs avec les enfants qui vivent dans une famille où il y a des enfants.
  • De la motivation du chien : si votre chien éprouve peu d’attirance pour les récompenses (caresses, compliments, friandises, jouets), il sera difficile à rééduquer. En effet, si vous ne pouvez pas le récompenser efficacement lorsqu’il manifeste un comportement adapté, sa rééducation sera plus difficile. Les chiens qui ne sont pas particulièrement motivés par les récompenses habituelles peuvent être particulièrement difficiles à travailler et la probabilité qu’un tel chien s’améliore est faible.

Si votre animal présente l’une ou plusieurs de ces caractéristiques, il est primordial de faire appel à un éducateur canin professionnel et qualifié. Celui-ci pourra mettre sur pied un schéma de traitement adapté au caractère de votre animal et à votre situation familiale. Il vous accompagnera tout au long de sa mise en œuvre et pourra apporter des ajustements si nécessaire.

L’agressivité de mon chien peut-elle disparaître ?

Compte tenu des techniques de modification du comportement qui affectent l’agressivité, l’incidence et la fréquence de certains types d’agression peuvent être réduites et parfois éliminées. Mais, il n’existe aucune garantie. Souvent, c’est en agissant sur la cause, c’est-à-dire sur la situation qui déclenche l’agressivité, que l’on obtient les meilleurs résultats. Cependant, il existera toujours un risque. Même si un chien s’est bien comporté pendant des années, il ne faut pas pour autant cesser de prendre des précautions, car les chiens qui ont des antécédents de recours à l’agressivité pour faire face à des situations stressantes peuvent toujours se rabattre sur cette stratégie.

Certaines races sont-elles plus agressives que d’autres ?

Les races de chien les plus agressives

Il est vrai que certaines races pourraient être plus susceptibles de mordre si l’on regarde les statistiques recueillies sur les morsures et l’agressivité. Il y a plusieurs explications à cela. Une des raisons probables est que la plupart des races de chiens remplissaient autrefois des fonctions spécifiques pour les humains. Certains étaient choisis pour leurs tendances à la garde et à la protection, d’autres pour leurs prouesses à la chasse, d’autres pour leurs aptitudes au combat et d’autres encore pour leur ténacité. Même si les chiens de compagnie actuels de ces races remplissent rarement leurs objectifs d’origine, les individus portent toujours l’ADN de leurs ancêtres dans leurs gènes, ce qui signifie que les membres d’une race particulière peuvent être prédisposés à certains types d’agression. Il est toujours utile de faire des recherches sur les races pour vous assurer que la race ou le mélange de races qui vous intéresse est bien adapté à vous et à votre style de vie.

Malgré cela, il n’est ni précis ni sage de juger un chien par sa race. Le tempérament individuel d’un chien et ses antécédents d’interaction avec les humains et les autres animaux sont de bien meilleurs prédicteurs de problèmes de comportement agressif.

Dans tous les cas, la meilleure prévention contre les problèmes d’agressivité reste l’éducation de l’animal, quelle que soit sa race. 

Quelles formes de contrôle physique peuvent être utilisées comme aides lors de la rééducation d’un chien agressif ?

Il existe plusieurs accessoires qui peuvent être utilisés pour contrôler votre chien et empêcher qu’il ne morde. Attention, ces outils utilisés seuls, sans prise en charge comportementale, ne règleront pas le problème, ils pourront même être contre-productifs. Il s’agit, en effet, d’accessoires de contention qui peuvent blesser l’animal s’ils sont mal, ou trop, utilisés.

  • le collier ou le harnais anti-traction
  • le licol de tête avec effet muselière : ce matériel peut empêcher le chien d’approcher une situation potentiellement problématique car, si le chien fait preuve d’agressivité, sa tête peut être réorientée et sa gueule fermée
  • le spray éducatif
  • la muselière : surtout utile si le chien doit être placé dans une situation où une agression pourrait être possible

Si malgré toutes vos précautions, vous vous retrouvez face à un chien agressif, il faut lui parler doucement, à bonne distance et en évitant de le regarder dans les yeux. En cas d’attaque, il faut se protéger avec tout ce qui se trouve à sa portée et frapper violemment le chien. Si l’on peut, on tente un pas de côté et l’on donne un fort coup de pied juste derrière les côtes de l’animal. Si le chien saute vers la gorge, le plus efficace est de fermer les doigts, les tendre et les enfoncer dans la gorge de l’animal le plus loin possible. La main sera égratignée par les dents, mais le chien ne pourra pas mordre.