Faire face à la mort de son animal de compagnie est une épreuve difficile à vivre. Et, c’est encore plus dur lorsque des personnes qui ne possèdent pas d’animaux tentent de vous consoler par cette terrible phrase, « ça va aller, après tout, c’était  ‘juste un chien’ ». Pourtant, il a été prouvé que l’amour ressenti pour un animal de compagnie est comparable à celui éprouvé pour d’autres humains. Il en est de même pour le processus de deuil. Il n’y a donc pas de honte à parler de son chagrin, au contraire, pouvoir exprimer son ressenti à autrui et se sentir soutenu allègent la peine.

Mettre en place des rituels

Il n’existe pas réellement de rites religieux ou culturels qui encadrent la mort d’un animal dans nos sociétés. Or, ces coutumes permettent d’affronter son chagrin, d’intégrer la mort et aident à surmonter la perte et le manque pour continuer à aller de l’avant.

Il est conseillé de créer soi-même un rituel d’adieu, cela peut être le fait de l’enterrer dans son jardin, de disperser ses cendres, d’allumer une bougie, de trier les photos en se remémorant les bons moments vécus ensemble… Chaque famille peut inventer elle-même le rituel qui lui conviendra le mieux. Le point important à prendre en compte est de pouvoir lui dire au revoir et de s’autoriser à exprimer sa souffrance en pleurant librement, en disant quelques mots ou encore en faisant ensemble sa balade favorite. Il est aussi primordial d’associer les bons souvenirs à la tristesse, car en se rappelant son chien vivant et heureux, le sentiment de détresse s’atténue.

Apprivoiser l’absence

La perte d’un chien perturbe aussi la routine mise en place par son propriétaire. En effet, beaucoup de personnes adaptent leurs horaires quotidiens en fonction des besoins de leurs animaux de compagnie. Il faut aussi s’habituer à vivre sans la présence rassurante de son chien. 

Pour éviter de penser sans cesse à l’animal disparu, certains veulent se débarrasser au plus vite de tous les objets qui leur rappellent leur chien disparu, mais ce n’est pas la solution, il est préférable de les ranger quelque part, car l’envie de les revoir pourra se manifester plus tard.

Pour alléger le manque et conserver le souvenir de votre chien, vous pouvez : 

  • planter un arbre ou des fleurs à l’endroit préféré de votre chien
  • le jour de l’anniversaire de votre chien, rappelez-vous de lui en faisant du bénévolat dans un refuge local ou en effectuant un don en son nom à un organisme de protection des animaux 

Affronter la mort de son chien

Envisager d’adopter un nouveau compagnon

Le deuil prend du temps, certaines personnes commencent à se sentir mieux après des semaines, pour d’autres il faut des mois et pour d’autres encore, le processus de deuil se mesure en années. Au fur et à mesure du temps qui passe, certains propriétaires endeuillés ressentent le besoin de combler leur manque affectif avec un nouvel animal. Bien entendu, ce nouvel animal de compagnie ne remplacera jamais le compagnon perdu, mais il aidera à remplir un vide. La relation que vous partagiez avec votre chien décédé était unique, celle que vous allez entamer avec un autre chien sera différente, mais tout aussi unique. Comme l’a si bien dit Erica Jong : 

« Les chiens entrent dans notre vie pour nous apprendre l’amour et la loyauté, ils en sortent pour nous apprendre le deuil. Un nouveau chien ne remplace jamais l’ancien, il ne fait qu’agrandir le coeur. Ceux qui ont aimé beaucoup de chiens ont un coeur immense »

Si vous avez l’impression que votre souffrance est trop intense, si vous vous sentez seul et démuni, n’hésitez pas à demander de l’aide soit via un groupe de soutien, soit via un psychologue.